Himmelweg

Le chemin du ciel






Himmelweg est une fulgurance.
Cette échelle trace une direction. Elle ne mène nulle part.
Elle n'identifie pas de début ni de fin. Elle se dirige vers la négation et son infinie douleur.
On ne peut aller nulle part et n'atteindre aucun lieu, ni aucun but.

Cette fois, est associé au métal et au bois, un matériau nouveau, qui par sa texture permet le passage de la lumière. Cette projection de rayons lumineux fait apparaître des numéros. L'important dans cette construction c'est la trace de l'ombre
que laisse la lumière sur le mur, ou le sol.







Cette échelle permet de s'interroger sur la peur, la panique, la négation de toute espérance
des déportés empruntant ce chemin pour la première et dernière fois.

Ce chemin conduisait dans la chambre à gaz.
Elle marque aussi une sorte de rupture avec les autres compositions présentées.
Sur les autres constructions, les chiffres et inscriptions peuvent être effacées.
Pour ne plus voir les numéros inscrits par l'échelle, il faut détruire la lumière elle même. Nous voyons bien là, la folie absolue de ceux qui ont voulu éliminer de la planète des millions d'individus.

Même la lumière se souvient …

© Photo Patrick Massaïa
Association Fragments     Actualités Expositions / Conférences Partenaires ContributionsBibliographie visuelleAccueil